Nous attendions cette désignation d’un pied ferme. Habitué des polémiques, le festival de Cannes était attendu au tournant après les terribles affaires qui ont secoué le monde du cinéma en 2017. Et il faut dire que Thierry Frémaux et sa bande ne nous ont pas déçu : c’est bien une femme, et non des moindres, qui présidera le festival en mai prochain. Une décision politique forte et dans l’air du temps.

Cette femme, cette immense femme, n’est autre que Cate Blanchett. Une évidence. Une évidence pour les cinéphiles mais peut-être pas pour le grand public, qui ne l’a connait pas forcément encore très bien. Pourtant, son talent comme sa grâce sont immense, et nous sommes sûrs qu’elle éblouira la croisette de mille feux, tant par sa beauté, inégalable, que par son talent et son intelligence.

Cette femme est une femme d’exception. Elle n’aura pas volé sa place et personne ne la lui retirera à coup de menaces ou d’injustices. Et dire que la plupart des présidents du Festival de Cannes ont été des hommes. Place aux femmes, maintenant ! Ne faudrait-il pas tout simplement instaurer une règle qui voudrait qu’une année sur deux, une femme soit désignée présidente du jury ?

Beaucoup critiqué par le passé pour l’absence de réalisatrices en compétition, Thierry Frémaux montre enfin son vrai visage. Son courage doit être salué. L’homme, au fond, a toujours accompagné discrètement le combat des femmes pour la reconnaissance. Il le prouve ici avec cette décision magistrale.

Quoi qu’il en soit, ce n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan. Le combat pour la reconnaissance des femmes dans le milieu du cinéma ne fait que commencer.

Laissez une réponse

Écrivez ici votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici